30 Juil

Votre agence immobilière à Saint-Quentin fait le point sur la hausse du taux d’usure !

Les taux d’usure pour le 3e trimestre, taux maximum au-delà desquelles une banque n’a pas le droit de prêter, viennent d’être publiés au Journal Officiel. Comme espéré par les professionnels, ils ont légèrement remonté, notamment sur les durées de plus de 20 ans, mais sont restés stables sur les prêts entre 10 et 20 ans et ont même baissé sur les durées de moins de 10 ans. C’est une bonne nouvelle en demi-teinte qui devrait apporter une bouffée d’air au marché et notamment aux financements des emprunteurs modestes qui étaient pénalisés par les baisses successives de ces taux plafonds depuis plusieurs mois dans un contexte pourtant de remontée des taux de crédit. Si votre agence immobilière à Saint-Quentin se félicite de cette évolution qui va dans le bon sens, elle la trouve toutefois insuffisante pour prendre en compte les écarts de taux selon les profils… On vous explique pourquoi.

Beaucoup de dossiers de prêts refusés
Si le principe d’un taux plafond est théoriquement favorable au consommateur, avec une marge d’un tiers ajoutée aux taux effectifs ayant objectif de ne pas pénaliser les emprunteurs les plus risqués, elle ne prend toutefois pas suffisamment en compte les différents profils d’emprunteurs. Par exemple, dans certaines banques, selon les profils, les taux sur 20 ans vont de 1 % à 1,85 %, soit un TAEG qui peut largement dépasser les 2,57 % en incluant tous les frais ou en cas d’assurance avec surprime… Les emprunteurs les plus risqués en termes de santé (sénior, risques aggravés) sont ainsi les plus pénalisés, leurs taux dépassant fréquemment le seuil de l’usure en raison du poids très important de l’assurance dans le TAEG.

Pour rappel, en raison de la baisse du taux d’usure, mais également de la stricte application des recommandations du HCSF (qui n’a pas changé de position le 18 juin), depuis le 1er janvier 2020, la part des dossiers refusés est à fin juin de 9,8 % contre 6,6 % à fin mai, mais 5,4 % sur les 5 premiers mois de l’année 2019.

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée